Derniers cris

Étiquettes

Commentaires récents

Catégories

Méta

Débauche au Parti socialiste ?

 

Après avoir suivi l’ébat présidentiel et les législascives, nos hommes politiques n’ont pas fini de batifoler avec une nouvelle pratique appelée l’ouverture. Hé oui, qui aurait bien cru à  l’Union pour un mouvement populaire (UMP) qu’elle irait jusque là  ? Au joli mois de mai, certainement pas Patrick Devedjian, dont les propos à  l’époque dégoulinaient d’amertume et d’ironie quand il avouait espérer que l’ouverture puisse aller jusqu’aux Sarkozystes1, c’est tout dire !

Je savais que Nicolas Sarkozy était ouvert, ou open comme le disent les angulés2 et les bobos parisiens, mais certainement pas jusqu’à  ce point-là . Tout de même, si le président débauche des socialistes, ce n’est pas pour organiser des parties à  plusieurs, ou alors il y a méprise sur le fait que notre président est libéral. Fallût-t-il comprendre libertin ?

Non, je ne le crois pas, mais ça n’empêche pas de jaser à  la maison rose, où l’on s’enflamme en accusant les amis d’hier de coucher aujourd’hui avec l’ennemi. Pourtant cela n’a rien de bien original, c’est même du réchauffé de dessous de couette, car chacun le sait : les éléphants, ça trompe énormément.

D’ailleurs ils avaient presque réussi à  tromper leur monde alors que l’on pensait assister à  une débandade du PS au second tour des législatives ; force est de constater que leur résistance a permis à  d’autres parmi les rescapés de rejoindre les débauchés de la première heure.

Comme quoi, on peut dire ce que l’on veut à  propos de la politique d’emploi du gouvernement, il est néanmoins manifeste que celui-ci entend bien réduire le chômage y compris chez les socialistes et même chez les centristes, à  qui ça embauche un coin comme dirait mon canard.

C’est ce que l’on appelle le marché de l’emploi, et comme vous avez pu le constater, les soldes rue de Solférino3 vont bon train : un wagon de socialistes en réclame se voit affairé depuis le mois de mai. Oh bien sûr, ce n’est pas un marché primeur, sauf que lorsqu’on a l’âge et le parcours des nouvelles recrues, on fait valoir son expérience passée car lorsqu’on a sa carrière derrière soi, c’est l’expérience qui prime.

Ce n’est pas pour rien, que l’on demande à  l’ancien ministre de la culture, Jack Lang, de s’occuper des ébats préliminaires à  une réforme en profondeur des institutions de la république. Tout comme il était naturel que Jean-Claude Juncker introduise l’idée à  Nicolas Sarkozy que Dominique Strauss-Kahn devait aller au fond des choses monétaires internationales.

Quoi de plus mérité pour un financier doublé d’un homme d’actions, pour qui le capital n’a rien de marxiste, sachant faire la part virile des choses, et qui au final ne voit aucune raison de kracher dans la soupe puisque initié au domaine de la bourse, il sait mieux que d’autres en relâcher les cordons afin de délivrer son produit intérieur brut quelque soit la tendance ?

Bref, voilà  donc trois mois que cela dure et que la marque PS en voit tout un rayon. Oui, le PS a du mal à  retenir ses gérants d’aller passer des marchés ailleurs. Si possible de dupes, se disent les jeunes lions qui affûtent leur griffes en attendant l’heure où ils chasseront les éléphants de la direction générale.

Mais ne leur en déplaise, il n’est pas encore temps de procéder à  la liquidation totale, ni même au dépôt de bilan. La question est plutôt de savoir quand aura lieu le règlement de compte tant attendu ? Peut-être qu’alors les socialistes mettront d’eux-mêmes un terme à  l’ouverture, en s’affirmant comme un groupe d’opposition de fermeture, euh non de fermeté, je voulais dire.

D’ici là , j’espère qu’on aura meilleur temps, ce qui ne devrait pas être difficile avec le mois de juillet pourri qu’on a eu jusqu’ici, alors ce n’est pas pour jaboter, mais je vous le dis quand même : « Sortez couverts ! ».

  1. « Je suis pour un gouvernement d’ouverture, y compris aux sarkozistes, c’est tout dire. » Tels sont les propos que Patrick Devedjian a tenus. []
  2. voir lexicon []
  3. A l’attention de mon lectorat étranger, il s’agit de la rue où siège le Parti socialiste. []

L'organe de censure officiel du Pingouinistan vous annonce que les commentaires ne sont pas permis aujourd'hui.